• Sortant la première de ma classe,

    Je prie pour que tout me réussisse.

    Car quand j'avance,

    Tout le monde s'écarte,

    Surpris.

    Ambitieuse,

    Mais les jambes un peu trop flasques

    Je cherchais ma dynamite.

    C'est là qu'elle s'est lancée,

    D'un coup soudain,

    M'attrappe

    Puis me fit plonger dans le

    Vice.

    Dynamite

    Dynamitez-moi

    Dynamite

    Dynamitez-moi

    Je ne vivais plus que la nuit.

    Titubant,

    Et dans la poche une flasque

    Vide.

    Ambitieuse,

    Mais les jambes un peu trop flasques

    Je cherchais ma dynamite.

    C'est la qu'un violent

    Coup de vent me terrasse

    Puis me fait plonger dans le

    Vif.

    Dynamite

    Dynamitez-moi

    Dynamite

    Dynamitez-moi

    Car cette fille là elle était vraiment

    Impatiente. Tu en avais déjà pris

    Et pourtant, elle te hante.

    Et prise au piège par son apparente

     Inconséquence,

    Prends garde à toi car tu te tiens devant

    Ma dynamite

    Ma dynamitez-moi.

    Ma dynamite

    Ma dynamitez-moi.


    1 commentaire
  • Elle a fait son choix . . .

            Elle a choisi le four

                  Elle n'aime pas trop le combat

                        Elle est pleine d'amour

                      Amibitieuse, mais les jambes un peu trop flasques...

                  "Car cette fille là elle était vraiment impatiente"

                          " Prise au piège par son apparence "

                               " Ma dynamite, ma dynamitez-moi "

                                          .je t'aime.


    3 commentaires
  • Charles dit :

    Tous les loups ne sont pas de la même sorte, il en est d'une humeur accorte, sans bruit, sans fiel et sans courroux, qui privés, complaisants et doux, suivent les jeunes demoiselles jusque dans les maisons, jusque dans les ruelles, mais hélas ! qui ne sait que ces loups doucereux, de tous les loups sont les plus dangereux.

    Marine dit :

    Tu veux dire que les salauds se différencient sans leur surnoiserie ? Et que les plus dangeureux sont ceux qui, en apparence, galants, charmants, ne sont que des baratineurs, et une fois qu'ils t'ont repéré, ils ne te lâchent plus, jusqu'à ce qu'ils parviennent à te sauter ? C'est ça ? 

    Jean-Jacques dit :

    A force de querelles, de coups, de lectures dérobées et mal choisies, mon humeur devint taciturne, sauvage ; ma tête commençait à s'altérer, et je vivais en vrai loup-garou.

    Marine dit :

    On ne t'a pas demandé de nous prouver que tu es un grand littéraire dans l'âme Jean-Jacques, et pas la peine non plus de justifier ton sale caractère !

    Jean-Paul dit :

    Restait le patriarche : il ressemblait tant à Dieu le père qu'on le prenait souvent pour lui.

    Marine dit :

    Alors là je suis jalouse, j'ai même pas de papa moi ! Tu me le prête dis ?

    Pierre-Augustin dit  :

    La République des lettres est celle des loups, toujours armés les uns contre les autres, et livrés au mépris où ce risible acharnement les conduit, tous les insectes, les moustiques, les cousins, les critiques, les envieux, les feuillistes, les libraires, les censeurs, et tout ce qui s'attache à la peau des malheureux gens de lettre, achevait de déchiqueter et sucer le peu de substance qu'il leur restait; fatigué d'écrire, ennuyé de moi, dégoûté des autres, abimé de dettes et léger d'argent; à la fin convaincu que l'utile revenu du rasoir est préférable aux vains honneurs de la plume.

    Marine ne dit rien. Elle ne dit plus rien, car Pierre-Augustin lui a cloué le bec.

    Et toc.

     


    2 commentaires
  • Trois p'tits gars, trois p'tits gars, trois p'tits gars, gars, gars

    Graçons faciles, garçons faciles, garçons faciles, ciles, ciles,

    S'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaît, plaît, plaît,

    Lèche-moi, lèche-moi, lèche-moi, moi, moi

    Moisissure, moisissure, moisissure, sure, sure,

    Surtout là, surtout là, surtout là, là, là

    Libère-toi, libère-moi, libère-toi, moi, toi,

    Toilettes fermés, toilettes fermés, toilettes fermés, més, més,

    Meilleur que ça, meilleur que ça, meilleur que ça, ça, ça,

    Salopard, salaud part, salopard, part, part,

    Par là-bas, part là-bas, par là-bas, bas, bas,

    Bas les pattes, bas les pattes, bah les pattes, pattes, pattes,

    Patatra, patatra, patatra, tra, tra,

    Dans mes draps, dans mes bras, dans mes draps, bras, draps,

    Trois p'tits gras, trois p'tits gars, trois p'tits gars, gars, gars ...

     

     

     


    votre commentaire
  • Parler de soi, ponctuer chaque phrase de l'adjectif possessif qui convient, pour se mettre en valeur, pour rappeler au lecteur de qui l'on parle, parler de soi, certains n'aiment pas, cela les gêne, cela les démange partout, dans le cou, et puis ça pique, les joues deviennent rouges, on ne veut pas être lourd, imposer trop de choses personnelles, ne pas paraître orgueilleux, narcissique... Alors, pour faire passer des émotions, certains se camoufflent, car les détours du langage sont utiles !

     

    Certains vous diront qu'ils sont heureux en amour, d'autres vous diront qu'ils se rendent compte peu à peu que leurs amis sont leur bien le plus précieux, d'autres enfin vous feront croire que leur vie est agréable, avec ses aléas bien sûr... Mais ne les écoutez pas trop, ces gens là ne pensent qu'à parler d'eux, et ils vous explosent leur bonheur à la figure

     

     

    ... 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique